Le Quartier de Sidi Bou Makhlouf

Dar Boumakhlouf située au quartier sidi boumakhlouf le kef en Tunisie

   La remarquable situation topographique du quartier de Sidi Boumakhlouf occupe, déjà, une position stratégique de haute valeur au sein de la vieille médina. Celle-ci est déjà caractérisée à la fois par son tissu urbain particulier, par son architecture, par ses ruelles en escaliers, mais surtout par une certaine urbanité et une ambiance culturelle où la présence d’une histoire longue et multiple se fait sentir dans chaque coin de rue et à travers les gestes quotidiens des vieux Keffois.  

   Ancien lieu de convergence et de distribution de la voirie de la médina, le quartier reste accessible de tous les côtés. On y accède aussi bien par les ruelles en escaliers que par les voies accessibles aux voitures. 

   Ici se trouve en réalité le véritable cœur de l’antique cité de Cirta-Sicca et l’âme de l’ancienne médina arabo-musulmane de Chaqbanaria-Kef. C’est un authentique quartier de synthèse où les nombreuses et diverses civilisations, qu’avait connues la ville, avaient laissé leurs empreintes archéologiques et architecturales.

   C’est au pied du dernier rocher du Dyr que l’on relève, en plus des traces archéologiques qui remontent à la plus haute antiquité et de certains monuments de l’antiquité tardive, une remarquable armature monumentale de l’ancien centre urbain de la médina, mise en place par les Mouradites depuis le début du XVIIe s. On y relevait tous les équipements nécessaires et caractéristiques d’un véritable centre urbain qui distinguait autrefois le statut réel des médinas classiques et attestait de leur degré d’urbanité. En effet entre les trois principaux pôles du pouvoir : militaire (el kasbah) religieux (l’ancienne grande mosquée) et politique et administratif (dar el bey) s’était formé un ensemble d’équipements économiques (souks différenciés : qayssaria, souq er-rbaâ) sanitaire (hammam) scolaire (mederça) religieux et culturels (confréries et marabouts).  Aujourd’hui assaini, restauré et mis en valeur le quartier présente autour de la grande place un ensemble monumental très distingué où l’on relève la présence de la forteresse d’el-Kasbah, de la Basilique, de Sidi Boumakhlouf et de l’ensemble d’un certain nombre de monuments arabo-musulmans non moins caractéristiques comme la oukala, la mederça , le café et les vieilles demeures. Une place qui reste caractérisée néanmoins par l’intime et chaleureuse présence du mausolée de Sidi Abdallah Boumakhlouf dont la position topographique et l’architecture sont si remarquables.

   En visitant le mausolée de Sidi Boumakhlouf, saint patron de la ville et haut-lieu historique, on est tout de suite captivé par la beauté et la magie des lieux  marqués avant tout par cette place en gradins encadrée des trois côtés par les façades de l’oukala, de zaouia de Sidi Boumakhlouf et du café maure. C’est un charmant ensemble de terrasses multiples très original ponctué par un éternel mûrier familier et pavé de belles pierres. Certains n’hésitent pas à rapprocher les lieux du célèbre café des nattes de Sidi Bou Saïd, surtout lorsqu’on vient le soir d’été, caressé par la nisma keffiya,  s’y détendre, déguster un verre de thé ou un café zazwa et écouter les vieilles mélodies keffoises, les chants liturgiques des Aïssaouias, le malouf et apprécier le fameux humour keffois.

Texte de Mr.Mohamed Tlili